vendredi 13 avril 2012

La muette, Chahdortt Djavann

                                      






Une de mes acquisitions au salon de Bondues.

La 4ème de couverture nous présente le livre comme "l'amour fusionnel d'une adolescente pour sa tante muette, l'amour passionné de celle-ci pour un homme tournent au carnage dans l'Iran des mollahs. Chahdortt Djavann fait un récit incisif et dénué de tout artifice. Une histoire qu'on n'oublie pas".

Ce n'est pas par le récit de cet amour fusionnel que le livre commence, mais par quelques pages qui nous plongent dans une drôle d'histoire : la narratrice aurait reçu le livre d'un journaliste présente en Iran, récit en deux exemplaires : l'un en français, l'autre en persan. Il est présenté comme un récit qui "relate une histoire vraie, écrite par une jeune femme de quinze ans en prison".
Puis vient la lecture de ce récit qui commence par cette annonce de Fatemeh "je vais être pendu bientôt". Il faut attendre la fin de livre pour en connaître la raison. L'histoire est assez simple, tout se résume autour de "la muette", seule personne qui semble avoir apporté du bonheur à celle qui est déjà une femme à 15 ans. Tout au long des chapitres Fatemeh nous entraine à la fois dans ce qui est son présent (le moment où elle rédige le récit, en prison) et son passé pour nous raconter son histoire, tragiquement liée à celle de la muette pour finir par nous avouer ce qu'on attend depuis les premières lignes : ce qu'elle a fait pour être pendue.
Une fois le récit finit, deux ajouts : "la note de la journaliste", celle qui aurait envoyé le livre et qui nous raconte comment elle s'est procurée ce récit et "la note du traducteur".

C'est une belle histoire mais qui n'a pas réussi à me procurer le plaisir que j'attendais. Je me suis lassée rapidement de la répétition sempiternelle du mot "muette" et je n'ai pas compris l’intérêt de la mise en scène de la réception du récit ... Je pense vraiment que l'histoire de Fatemeh se suffisait à elle-même ... mais le but était peut-être de dénoncer, en plus de la condition de la femme, une forme de censure ...

5 commentaires:

  1. Je sais que je l'ai lu à sa sortie et que j'avais bien aimé. Mais je n'ai pas de souvenir plus précis.
    Je l'ai lu avant d'ouvrir mon blog mais je te mets le lien du billet qui m'avait donné envie de le lire : http://www.bricabook.com/archives/2008/08/12/10209440.html#comments

    RépondreSupprimer
  2. Merci, je vais aller lire ça !

    RépondreSupprimer
  3. le titre m'inspirait bien, mais finalement...
    pis c'est pas comme si ma PAL était déjà énooorme :)

    RépondreSupprimer
  4. Je découvre ton blog et j'y reviendrai avec plaisir ! Je ne note pas ce titre vu que ton avis est mitigé et j'ai tant de choses à lire !

    RépondreSupprimer
  5. Merci !
    J'aime beaucoup le tien aussi (que j'ai découvert en passant par celui de Souricette): je sens qu'il va influer sur mes futurs choix de lecture !

    RépondreSupprimer

Merci :)