lundi 24 mars 2014

Salon du livre de Paris, 2014.

 

A moins de vivre dans une grotte, tout le monde sait que le Salon du livre a ouvert ses portes ce week-end. D'ailleurs, il est encore ouvert aujourd'hui : réservé aux professionnels ce matin, mais au public dès 13h, c'est même gratuit pour les plus de 65 ans !

Le Salon du livre, c'est vraiment l'endroit où aller si on veut avoir la chance de rencontrer un maximum de ses auteurs préférés, retrouver toutes les maisons d'édition (et pas seulement les plus connues, d'autres sont plus petites mais non moins intéressantes), écouter les conférences, rencontrer d'autres lecteurs, flâner dans les allées A, B, C, D ... tourner la tête et croiser par hasard des personnalités complètement variées - que je ne m'attendais pas à voir, et qu'on n'est pas forcément ravi(e) de rencontrer, ça, c'est vous qui voyez  - (Ségolène Royale, NKM, C. Taubira  - quoi ? il y a des élections municipales ce week-end ? - Michel Drucker, La Fouine ... ).
Évidemment, si vous n'aimez pas la foule, qu'on vous bouscule, les files d'attente pour une dédicace : mieux vaut rester chez vous. 

J'y suis allée samedi, accompagnée d'un super guide pour m'y rendre (on l'appellera le guide F !) et de Toto, qui a déjà écrit deux chroniques sur ce blog (la dernière étant celle sur un livre d'Orsenna Sur la route du papier). 

La première mission était de retrouver le stand K33 (les éditions Héloïse d'Ormesson), pour la dédicade de Tatiana de Rosnay. Après 1h15 d'attente (oui, oui, on a compté ... ) hautement stratégique (tu attends 30 minutes pendant que je me promène, après je prends le relais), nous avons réussi à faire dédicacer nos livres. Pas de dédicace pour moi, juste une pour une amie (madame F !), qui n'a pas pu venir mais qui aurait certainement beaucoup aimé rencontrer cette auteure.



 Quand je me présente à Tatiana de Rosnay, avec laquelle j'ai déjà pu échanger via twitter, comme j'ai été surprise de voir qu'elle se souvenait de quelques-unes de mes chroniques, en particularité la première, qui n'était pas élogieuse pour un sou puisque j'avais détesté ce livre (et que je ne suis toujours pas prête de le relire) : La mémoire des murs. Toutefois, agréablement surprise de la voir citer cette chronique, sans se fâcher, sur twitter, et en lisant d'autres commentaires m'incitant à en lire d'autres, j'avais continué à la lire, et là, j'ai depuis changé d'avis : j'ai beaucoup aimé notamment Rose (quelle merveille !) et Le cœur d'une autre (si touchant). Voilà une auteure qui accepte sans sourciller qu'on puisse ne pas aimer un de ses livres, d'ailleurs, elle insiste sur le fait qu'ils sont complètement différents les uns des autres. Étant donné les réactions qu'on peut lire parfois, venant de certains auteurs, je tenais à le préciser. 

A peine le livre signé, j'aperçois Gilles Paris, venu dédicacer L'été des lucioles. N'ayant lu de cet auteur que deux livres (que j'ai beaucoup aimés, le premier étant Autobiographie d'une courgette), j'en profite pour partir à la recherche de son livre Au pays des kangourous, au stand J'ai lu. J'en profite pour prendre un autre livre, d'un auteur dont j'entends tant parler, mais que je n'ai pas encore lu : David Foenkinos, que je découvrirai avec Lennon.


Je ne garderai pas en mémoire l'absence de gentillesse de ce stand d'ailleurs. 

Ensuite, quelques visites vers des maisons d'édition que j'aime beaucoup : les éditions Philippe Rey, Au diable Vauvert, Casterman, Dargaud, les éditions Soleil, Rue de Sèvres avec un ZEP très appliqué à réaliser son dessin :


mais aussi Albin Michel, Gallimard, Lattès, Glénat, Grasset, Le livre de poche ... 

En parlant de livre de poche, j'ai beaucoup aimé recevoir en cadeau cette petite pochette, en plus du sac en toile, bien pratique je trouve pour transporter un livre sans l'abîmer : 




Mes regrets : il y a pas mal d'auteurs que j'aurais aimé rencontrer, mais que je n'ai pas pu voir, faute de temps ou tout simplement parce qu'ils n'étaient pas présents le samedi. Je pense d'ailleurs à Janine Boissard, prise en photo dans la foulée, mais avec laquelle je n'ai pas pu échanger : 


mais aussi à Karine Tuil, Emilie de Turckheim (j'attendais de la rencontrer pour découvrir un de ses livres, j'ai décidé que mon premier livre de cette auteure serait dédicacé !) Erik Orsenna (raté de dix minutes ....), etc ... 

 Celles et ceux qui y sont déjà allé(e)s seront certainement d'accord avec moi : quelques heures, c'est trop court.  On court partout, on slalome entre les obstacles  personnes, on attrape un torticolis à force de tourner la tête de tous les côtés et de rechercher les fameuses lettres, on trépigne d'impatience dans les files d'attente et on soupire d'exaspération quand on voit une personne devant soi qui sort 10 livres à faire dédicacer, on se demande ce qu'on va bien pouvoir dire à l'auteur, on se souviendra, à peine l'auteur quitté, qu'on a oublié de poser une question, on ne voit pas le temps passer ... on voudrait tout simplement poser une tente dans un coin pour se reposer et être prêt le lendemain. 

Pour vous donner une idée, si vous n'y êtes pas allés, la liste des exposants ... 
 




7 commentaires:

  1. Merci à toi pour ce chouette compte rendu, j'espère vraiment pouvoir faire ce salon au moins une fois :)

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, nous avons eu les mêmes sensations cette année, c'est amusant ! Pour La Fouine, il est vrai que c'était particulièrement surprenant... Et j'adore le petit cadeau du Livre de poche, si j'avais su !

    RépondreSupprimer
  3. Très émue d'avoir reçu deux exemplaires dédicacés. Le livre prend une valeur encore plus inestimable :)

    RépondreSupprimer
  4. hannnnnnnnnnnnn tu as discuté avec Tatiana de Rosnay ! je te hais !! tu m'avais déjà parlé de twitter mais alors là... fais gaffe à ce que tu vas manger mardi soir :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, je ne recommencerai plus ;) (avant l'année prochaine ... ).

      Supprimer

Merci :)